mardi 10 mai 2022

Sur les traces de "la Châtelaine du Liban"

Jean Murat et Fernand Valet - Deir ez Zor 1933
tournage "la Châtelaine du Liban"
Cette dédicace, c'est celle du  cinéaste Jean Murat à Fernand Valet à Deir ez Zor en 1933.
Elle nous a été remise, entre d'autres photos, par son fils Pierre Valet dont nous avions publié un article au mois d'avril. (La France des batisseurs)

Elle fut prise lors du tournage "La Châtelaine du Liban" version Jean Epstein, sur les lieux même à Beyrouth et Rayak au Liban, à Palmyre et Deir ez Zor, en Syrie.

Il n'en n'a pas fallu plus à Aeriastory pour se mettre à la recherche de ce film afin de pouvoir retrouver  des séquences rares de lieux aujourd'hui disparus ou en zones de conflits.

J Pageix - visionnage du film

C’était sans se rendre compte de la difficulté d'un tel exercice. 
Le film n'est pas dans le commerce, il n'est pas numérisé.  

La Châtelaine du Liban, c' est un roman de Pierre Benoit, paru en 1924. Ce livre a connu un grand succès. Il donna lieu à plusieurs adaptations cinématographiques en 1926, 1933, 1956  dont seul, celui de Jean Epstein fut tourné sur les lieux du roman.

Nos recherches ont finalement abouti. Le seul exemplaire qui existe et que l'on peut visionner se trouve au Centre National de Cinématographie de Bois d'Arcy. (CNC)

Nous remercions le service du CNC qui nous a ouvert ses portes ainsi que M Romain Blandin  pour sa disponibilité durant toute la durée de la projection.
Quatre bobines de film à dérouler

En compagnie de Jacques Pageix, nous nous sommes interrogés de la nécessité du cinéaste, de faire un déplacement aussi loin, en 1933, jusqu'à Deir ez Zor, aux confins de la Syrie et de l'Iraq ? Le film était tourné en intérieur. De brèves séquences sur le désert et les ruines de Palmyre, mais rien sur un apperçu des bases militaires alors que l'héros était légionnaire.

Chou blanc ? Plutôt une expérience. Lors de la visite, nous avons pu remarquer que le CNC était installé dans l'ancien fort militaire de Saint Cyr, construit dans les mêmes années que celui du Haut Buc en 1874. Un ensemble comptant deux forts,  celui de Villeras et l'ouvrage de Buc, complété par un dispositif de cinq ouvrages périphériques : la batterie de la Porte du Désert, la batterie de la station de St-Cyr, la batterie du Ravin-de-Bouviers, l'ouvrage des Docks, et la batterie de Bouviers.

La batterie de Saint-Cyr a été reconvertie à l'usage du CNC. Celui du Haut Buc est toujours en quête de reconversion depuis notre dernière visite 2008. Nous y avions réalisé à cette période une vidéo de notre visite  et présenté notre projet pour sa reconversion. lors d'un concours d'idées proposé par la ville de Buc.