vendredi 11 juin 2021

Des ailes pour voler

Suite de l'article précédent, avec les frères Novell, nos premiers pilotes Catalans formés chez Farman.

L'artiste peintre Sol Vidal propose ses œuvres et continue son développement, autour d'une nouvelle exposition thématique "Des ailes pour voler" appuyée par la projection de la vidéo réalisée par Aeriastory sur les frères Novell.

Une exposition qui a eu lieu aux Archives Régionales d'Anoia Igualda, en Espagne, durant le mois de Mai.
Elle sera programmée au "Casino" de Manresa pour l'année prochaine.

L'association Aeriastory est fière et heureuse de prendre part et de contribuer à cette évolution artistique autour d'une promotion culturelle aéronautique. 

lien à l'article : Sol Vidal Massaguer




mercredi 9 juin 2021

Fret K&S assure la logistique de transport du Farman

Yacine Khoudi - Gérant et G. Finan (Aériastory)
Janvier 2020, Aeriastory lance le projet de l'installation d'une maquette de l'avion Farman Marine, à l’échelle 1/1 sur le rond point deToussus ( lien vers l'article).

Un projet participatif et collectif d'une commune qui commémore son histoire. 
Une action pour le plaisir et le bonheur d'une population et des divers acteurs résidents sur la commune qui pourrons dire à chacun de leur passage :"Nobeltussois, j'y ai participé, je suis acteur dans mon environnement"

2021, la maquette est en construction et les circonstances ayant voulu que le lieu du montage se soit fait à 300 kms de Toussus, chez un bénévole Ludovic Laurent, un ancien mécanicien dans la Marine, qui nous a ouvert hangar et atelier. (lien vers l'article)

La maquette devrait être acheminée à Toussus fin juin.

C'est la société de fret K&S qui s'occupera de la logistique du transport. 

Un choix d'Aeriastory pour cette société vieille de 19 ans dont les créateurs sont des jeunes de Toussus, que nous avons vu grandir et qui sont aujourd'hui, à la tête d'un groupe, dont cette entreprise de transport spécialisée dans le fret aux aéroports de Roissy et d'Orly.

Des jeunes ambitieux, sérieux et professionnels à qui nous souhaitons tout le succès et que nous remercions surtout pour leur soutien, heureux d'être utiles pour leur Commune.

mardi 1 juin 2021

Les premiers vols, Toussus et Farman, testés par des Catalans, les frères Novell

Virgil Novell et son équipe, chez Farman
à Toussus le Noble
L'histoire commence quand, en 2018, la Catalane, Sol Vidal rend visite au Centre Cultural Aeronàutic. C’est le musée de l’aviation que la Fundació Parc Aeronàutic de Catalunya a inauguré à l’aéroport de Barcelone.

Elle informe les responsables, être en possession de cartes postales de 1909 à 1914 rédigées par deux frères catalans à leur oncle. Ils écrivent avoir été pilotes et ont travaillé dans des ateliers de fabrication d’avions en France.
Quand à Sol Vidal, elle se présente comme artiste-peintre, ayant une vague connaissance de l’histoire de l’aviation et se demandait si ces cartes postales et cette correspondance auraient un intérêt pour la Fondation. 

En 1909, aucun aéroplane n’avait volé encore en Espagne. Des essais sans succès avaient été réalisés mais il faudra attendre l’année suivante quand le pilote français Julien Mamet sur un Blériot XI vola à Barcelone.

Quand aux frères catalans Virgilio et Joseph Novell, dont il était question, ils n'étaient évoqués que brièvement dans le livre "Història de l’Aviació Catalana" de Josep Canudas, comme ayant travaillé aux ateliers de Farman, Lioré et Caillaux entre 1909 et 1914.

Virgil Novell
Construction d'un avion Grégoire - 1909
Leur première carte postale, remise par Sol Vidal,  date  du 16 d’octobre de 1909, envoyée par Virgilio à son oncle à Barcelone. On le voit au côté d’un aéroplane Grégoire GYP en construction. Il travaille dans un atelier qui vient d’ouvrir à Suresnes et construit des aéroplanes. Il en est maintenant à son troisième.

Il a de bonnes rentrées et se prépare en vue de «l’Exposition ».  
Très vraisemblablement, il s’agirait du 1er Salon de la Locomotion Aérienne au Grand Palais à Paris.

Virgil aurait trouvé du travail chez le constructeur Grégoire, probablement au travers d’un contact avec cette société à Barcelone. Grégoire y vendait ses voitures et moteurs.

Une autre carte  du 17 décembre, informe qu’ils font souvent des vols d'essais. En effet, à cette époque les mécaniciens testaient les avions comme le font les mécaniciens d’automobiles, lors des réparations de voitures.
Il a pu faire embaucher son frère Joseph à l’atelier, qui se rend en France de suite.  

12 mai 1910 :  Virgil envoie une carte-photo de Courbevoie dans laquelle les deux frères sont présents. Ils ont déjeuné avec des mécaniciens de Blériot. 
Jan Olieslagers (1) et toute l’équipe transmettent leurs salutations. II est aussi, mention de Poillot.

Lors de la Semaine de l’Aviation à Barcelone, du 1er au 8 mai, Jean Oslieslagers (1)  gagna plusieurs prix. Y ont participé Louis Blériot,  Jacques de Lesseps (2) et Poillot (3) .

Sans nul doute, les frères Novell étaient connus par le gratin des aviateurs. 

En 1911 les frères Novell travaillent chez Farman. 
Sur un aéroplane H.Farman III,  la belge Hélène Dutrieu entame exhibitions et compétitions. A Barcelone, c’est la première femme pilote, avec aussi premier vol avec passager. Hélène Dutrieu (4), pilote d’essais, devient l’image de Farman. 
Virgil et un autre mécanicien la suivent partout, avec un camion de pièces de rechange pour assurer maintenances et services.

Hélène Dutrieu
Toile de Sol Vidal Massaguer
Compétitions aériennes à Florence du 7 au 14 de mai. le 14, Dutrieu gagne la Copa del Re, une course de vitesse et d’endurance, en compétition avec Védrines (5) et Tabuteau (6), deux des grands aviateurs du moment. Virgilio est là.

Le 27 mai Virgilio est en tournée en Italie, pour vendre des aéroplanes Farman au gouvernement italien.

Puis le 25 juin il envoie une carte de Gröningen (Allemagne). Des compétitions ont lieu et où a participé Hélène Dutrieu. Virgilio rate un atterrissage. 

Le 19 juillet, il est à Roubaix, le 28 à Cherbourg où il fait quelques vols de démonstrations à la Marine.

Par celle du 23 octobre il se trouve à bord du transatlantique Chicago. Il revient des États-Unis avec Hélène Dutrieu qui y a fait un tour de compétitions et présentations commerciales des avions Farman. Elle gagne la coupe Femina et á Nassau Boulevard, le prix de résistance féminine. 

Toile de Sol Vidal Massaguer

Fin 1911 Virgilio envoie une carte postale de Mourmelon, il travaille beaucoup pour des avions à livrer aux italiens, en guerre en Afrique du Nord.

3 mars 1912,  Virgilio envoie une carte-photo prise à l’atelier Farman de Toussus le Noble. Il est en cravate, avec son frère et des mécaniciens. Il est chef d’une équipe de douze mécaniciens.

Il envoie des cartes de différents lieux et voyage beaucoup. Verdun, Angleterre, Montpellier, Vienne, Bordeaux… il livre des avions et fait de vols de promotions et démonstrations.

Sa carte avec la photo d’un aéroplane est celle d'un Farman MF7. Cet avion sera acheté par l’armée espagnole et sera utilisé à la guerre au Maroc. Au cours de la Grande Guerre, le Farman MF7 sera aussi fabriqué sous licence, en Espagne.

Les voyages de Virgilio se suivent, le Royaume-Uni, Lyon, Verdun, Montpellier, Bar-le Duc, et selon une carte de son frère Joseph, Bucarest, la Serbie, Budapest.

1913 est l’année des hydravions. La guerre est aux portes.

Le 5 mars des manœuvres militaires ont lieu à Bordeaux, quelques jours après il est à Shermess au Royaume-Uni où il fait quelques essais sur hydravion.

A Monaco lors d’une présentation et à l’amerrissage, un coup de vent l’envoie à l’eau. Il a failli mourir. La frayeur de sa vie.

Mourmelon
Toile de Sol Vida Massaguer

Le 12 juin 1913  Virgilio envoi une carte de Mailly le Camp où un Farman MF7 est stationné. Certains jours dans ce camp on peut voir évoluer plus de vingt avions en même temps.

A la fin de l’année il est a Boulogne sur Mer et préparant cinq hydravions équipés de télégraphie sans fis pour l’armée du Royaume-Uni. Ils seront livrés par air.

1914, début de Guerre. Sa dernière carte postale celle de la Tour Eiffel. Les deux frères reviennent à leur ville natale de Manresa, au nord de Barcelone. Ils ouvrent un atelier de carrosserie de voitures, camions et bus, leur séjour en France ne sera plus qu’un beau souvenir.

Sol Vidal, notre peintre aéronautique, de ces cartes postales et de cette correspondance, elle en a fait des jolis tableaux, peignant l’air du monde, des frères Novell.

Nous avons eu l'occasion, en 2020 d'en faire une vidéo en Catalan, envoyée à la Fondation. Une version française sera disponible sous peu.

Texte de Jaume Alonso – traduction de sa conférence "Els primers vols"

Lien pour l'article de référence du 18 mai 2020
Fundació Parc Aeronàutic de Catalunya


(1) Jan Olieslagers (4 mai 18831 à Anvers - 23 mars 1942 à Anvers) était un as de l'aviation belge de la Première Guerre mondiale, un pionnier de moto. Dans sa jeunesse, il se passionne pour le vélo et devient coureur cycliste, puis passe à la moto et accumule les records, premier à passer les 100 km en une heure, champion du monde en 1902. Il  gagna plusieurs prix lors de la deuxième édition de la Grande Semaine d'aviation de la Champagne en 1910.

(2) Jacques de Lesseps est un pionnier français de l'aviation, né le 5 juillet 1883 à Paris, mort dans le Saint-Laurent le 18 octobre 1927. Il était le fils de Ferdinand de Lesseps, le diplomate qui fit creuser le canal de Suez. il devint le deuxième pilote (près d'un an après Blériot, 25 juillet 1909) à traverser la Manche (Les Baraques - Sainte-Margaret) avec un appareil de type monoplan Blériot, préparé par l'ingénieur Léon Lemartin.  Peu après, il gagna l'Amérique du Nord et devint le premier pilote à survoler Montréal (le 2 juillet 1910), puis Toronto (le 13 juillet).

(3) Edmond Poillot naît le 28 janvier 1888   il débute à L’Auto, dans le journalisme sportif Il y était fort bien préparé par sa connaissance pratique de presque tous les sports. Bon cavalier, fleurettiste entraîné, il avait fait aussi de l’aviron, du tennis, du patinage.
Il est surtout excellent boxeur et représente plusieurs fois la France dans des compétitions internationales de boxeurs amateurs. Les sports mécaniques l’attirent et, après s’être occupé de yachting automobile, il se voit confier la rubrique aéronautique de L’Auto. Il collabore aussi à La Vie au grand air et à L'Aérophile.
Une courte envolée en qualité de passager avec Louis Blériot le décide à abandonner le journalisme et à devenir aviateur à son tour. En 1909 il effectue ses premiers vols au camp de Châlons sur un biplan Voisin. En 1910 il quitte le journal l’Auto pour faire son apprentissage à l’école de pilotage Voisin de Mourmelon (Marne).
Au printemps 1910 il effectue pendant deux mois une série d’exhibitions publiques en Espagne, en particulier à Barcelone le 28 mars et au Portugal. Le 6 août 1910 il est engagé par Robert Savary pour diriger son école de pilotage à Chartres (Eure-et-Loir).

(4) Hélène Dutrieu , née à Tournai le 10 juillet 1877. Jeune sportive, championne cycliste, motocycliste et automobile de classe internationale. Pilote d’avion, détentrice du premier brevet féminin attribué en Belgique; deuxième aviatrice au niveau mondial. Infirmière et ambulancière volontaire pendant la première guerre mondiale. Journaliste et administratrice de publications éditées en France. Honorée de plusieurs distinctions belges et françaises. Titulaire de la Croix d’officier de la Légion d’Honneur. Membre associée fondatrice des Vieilles Tiges belges. Membre d’honneur à titre posthume de la Société royale Les Vieilles Tiges de l’Aviation belge. Décédée à Paris le 26 juin 1961.

(5) Jules Védrines est un personnage à la fois inclassable et pourtant très caractéristique des débuts de l’aviation. Né à Saint-Denis en 1881, il obtient non sans mal un brevet de pilote en 1910. Cette discipline nouvelle, en plein essor, correspondait aux attentes d’un personnage comme Védrines, sportif et aventurier, gouailleur et persévérant. Entre 1910 et 1914, il participe aux grandes courses aériennes en France puis en Europe. En 1912, il participe pour la première fois à la course Paris-Madrid, qu’il remporte en terminant seul concurrent. L’année suivante, il part aux Etats-Unis conquérir pour la France la coupe de vitesse Godron Bennet. En 1913, enfin, il effectue plusieurs raids en Europe centrale puis un Paris-Le Caire. Védrines est une immense vedette de l’aviation d’avant-guerre, qui déplace des dizaines de milliers de personnes lorsqu’il est annoncé sur un terrain. Mobilisé en 1914 dans la nouvelle armée aérienne, ses talents vont lui permettre de développer de nouvelles pratiques aériennes.

(6) Maurice Tabuteau est né à Paris dans une famille aisée Après des études classiques il entre à l’Ecole Supérieure d’Electricité, mais d’un caractère indépendant et bien trempé, passionné de sports et de compétition il quitte rapidement l’Ecole pour entrer dans la société Griffon comme metteur au point et essayeur de motocyclettes.

Très familier du milieu de la construction automobile en pleine expansion on le retrouve Directeur Technique des taxis de Dion Bouton, puis concessionnaire des carburateurs J.R.A., qui deviendront les carburateurs Solex. Mais sa passion des sports mécaniques va l’amener tout naturellement vers l’Aviation. Pour apprendre à piloter il fallait à l’époque posséder l’appareil, et comme cela était très coûteux Maurice Tabuteau s’associa en avril 1909 avec Frank Barra pour faire l’acquisition d’un aéroplane « Maurice FARMAN » à moteur Renault.

Après un vol d’essai comme passager fin 1909 la commande est confirmée le 9 février 1910.  Engagé dès août 1910 pour la semaine d’aviation de Biarritz - Bayonne Maurice Tabuteau y gagne de nombreux prix et beaucoup d’argent même s’il casse son moteur. Le moteur changé il s’inscrit fin septembre au meeting de San Sebastian et, contrairement aux autres participants qui y emmènent leur machine par voie terrestre, lui rallie en vol le 28 septembre 1910 Biarritz à San Sebastian où il se pose devant le roi et la reine d’Espagne réalisant la première liaison aérienne France-Espagne.