lundi 22 juin 2020

Cadre de l’envol de Jean Mermoz dit « L’Archange ».

Christian Libes - Président  de l'Association Mémoire de Mermoz
Gérard Finan - Président de l'Association Aériastory

Le chemin de l’exposition Charles Godefroy réalisée par Daniel Flahaut et 2A nous mène  à Jean Mermoz. On dirait que dans le domaine de l’aéronautique les voies finissent toujours par se croiser.

C’est notre rencontre en Mars avec Christian Libes, président de l’association Jean Mermoz qui a fait jaillir cette étincelle et nous a fait démarrer un projet autour de "l'Archange"

Les années passent et se ressemblent. Comme en 2018 pour la célébration du Normandie Niemen à Toussus,  l’histoire de cette escadrille n’a été révélée qu'après que le "Normandie" était devenu l " Normandie-Niemen".
Aeriastory a voulu creuser et remonter le temps pour mieux comprendre la genèse de ce Régiment de chasse.
Refaire ce parcours, nous a permis de découvrir des gens passionnants, et de visiter des lieux imprégnés d’histoire, d’art et de culture. Un retour à l’Histoire de France avec ses pages glorieuses et moins glorieuses. Une  période de règnes de grands Empires. Des empires qui se fissuraient au gré du temps et des événements.
A chacune de nos démarches, nous aboutissions, à chaque fois à une même constatation. L'histoire humaine a horreur du vide. De la même façon que sur un territoire donné, seule la faune et la flore les mieux adaptées survivront, pour se développer.

Les grandes voies du développement économique se sont essentiellement faites sur les découvertes des routes des navigateurs. Et depuis  le Moyen Age, l’Occident romantique a toujours été sensible aux contes d’Orient, à l'attrait de la route de la soie et des épices, de Shéhérazade et des mille et une nuits, des harems d’Orient, des jardins suspendus, des parfums des roses de Damas, de jasmin et de fleurs d’orangers. Des cèdres du Liban à l’encens d’Arabie...  

L'Orientalisme naquit  dans la fascination de l'Empire Ottoman qui a suivi sa lente désagrégation après la guerre d'indépendance grecque des années 1820 et la progression des colonisations européennes.  
Palmyre - Vallée des tombeaux
Photo d'avion, du légionnaire André Fertray
Collection Jacqueline Vanhoucke-Haquard
Les croisades, les Templiers, les expéditions napoléoniennes ont fortement imprégné l’imagination collective occidentale.  L’apparition de la photographie et de l’avion ont aussi contribué à ce développement  qui n’était accessible auparavant que par les campagnes et le commerce, ou dans le rêve et l’imagination.

La déliquescence de l’Empire Ottoman et les brèches ouvertes à ses frontières, le développement du chemin de fer, de la voiture puis de l’avion, le pétrole: autant d'opportunités économiques réunies pour que les grands empires concurrents : Angleterre, France, Russie,… jettent un œil dévolu sur un vaste territoire et puissent affirmer leur propre puissance.
Tel est donc le climat en ce début du XXème Siècle. C'est sur les scènes du Levant et du Couchant que les Occidentaux se sont entendus pour jeter leurs dévolus sur ces territoires.

En  apprenant que Jean Mermoz,  jeune pilote volontaire dans l’Armée Française du Levant  avait séjourné de 1921 à 1923 en Syrie, c’était tout notre travail sur Rayak et la période du Mandat  que nous avions initié lors de l'organisation de l'événement du Normandie-Niemen, en avril 2018 qui s'en trouvé exhumé.

Nous avions pu alors profiter des documents et photos remis par François-Xavier Bibert, des photos du légionnaire André Fertray de  Mme Jacqueline Vanhoucke et de nos rencontres sur le terrain au Liban avec Marcel Laugel.
Nous souhaitons, aujourd'hui encore, les remercier à nouveau de leur fructueuse et amicale coopération.

Au fil de nos lectures renaissaient : Lawrence d’Arabie, Churchill, Allenby, Gouraud, Sikes, Picot, des pilotes  comme Marcel Migeo et Joseph Kessel, faisant revivre cette terre du Levant comme décrite par l'Occident, l'antagonisme entre les populations locales - Druzes et Chrétiens d'Orient, les liens qui se font et se défont au gré des intérêts,  sur un échiquier humain grandeur nature, embaumé d’un parfum de jasmin et de poussière du désert.

Un projet qu’Aériastory se chargera de monter sous forme de vidéo et sur le thème :  Scènes de l’envol de Jean Mermoz dit « l’Archange »