mercredi 27 janvier 2021

l'Elytroplan vole à Toussus le Noble

 

Les Ailes - Janvier 1937
1937, à Toussus-le-Noble, le pilote Darmendrail procède aux essais de l'Elytroplan, construit par Charles de Rouge.
Voici  la dernière nouveauté en aviation : l'élytroplan. 

Curieux appareil.  « C'est un avion sans queue, monoplan, à aile élytre verticale. Il est propulsé par un moteur de 30 CV placé à l'arrière, son envergure est de 8 mètres, sa longueur de 2 mètres, et sa surface portante de 12 mètres. Sa construction lui permet un atterrissage vertical », résumée dans ses grandes lignes, telle est l'invention de M. Charles de Rougé.

L'appareil a été totalement construit par lui, et c'est le pilote Darmendrail qui l'a essayé en janvier 1937 à l'aérodrome de Toussus-le-Noble.

Il paraît que ces essais ont été concluants et que l'inventeur attend beaucoup de cet avion nouveau.
Peut-être.
Car l'aviation n'a pas encore dit son dernier mot. Sans exagérer, et malgré les inventions incessantes dont elle bénéficie, on peut prétendre qu'elle n'a pas atteint sa perfection.
 Il reste dans les détails, et même l'ensemble, bien des progrès à réaliser.

On a déjà beaucoup fait pour la stabilité dans les modèles actuels d'avions, et notamment aussi pour faciliter les atterrissages, souvent dangereux quand il faut les réaliser sur un terrain de petite dimension.

Vidéo polonaise de l'événement :

      

L'atterrissage vertical recherché par La Cierva qu'une mort tragique a surpris, interrompant ainsi la carrière de l'inventeur de l'autogyre, est obtenu, parait-il, et d'une façon parfaite, par cet «élytroplan». Reste à savoir si la stabilité de ce nouvel avion vaut celle de l'autogyre de La Cierva et du gyroplane de Bréguet .

Si la position verticale de cet aileron de « I'élytroplan » ­ est, croyons-nous, un obstacle à l'obtention de grandes vitesses, il n'en est pas moins vrai que cet avion, considéré comme avion de tourisme ou même postal, peut être la formule future de l'aviation pratique et sans danger. Il peut aussi, si son prix de revient est modique, servir à la propagande de l'aviation pour tous.

Car c'est là le but que doit poursuivre l'aviation: donner à chacun la possibilité d'en user, avec le moins de risques possible et le plus économiquement possible.  

Extraits :  Le Monde Illustré – janvier 1937